Livre blanc : Êtes-vous prêt pour la prochaine génération d’outils de gestion réseau ? | enterprise.netscout.com

Livre blanc : Êtes-vous prêt pour la prochaine génération d’outils de gestion réseau ?

Au fil des articles, la presse informatique professionnelle véhicule continuellement le message que l’environnement informatique est en train de changer. Une réaction courante à la lecture de ces articles est de dire « Et alors ? L’environnement informatique est en constante évolution. À quel point ces changements sont-ils différents des changements antérieurs et qu’est-ce que cela signifie pour les professionnels de l’informatique d’aujourd’hui et du futur ?

TABLE DES MATIÈRES

  • Introduction
  • Les facteurs à l’origine du changement
  • L’approche traditionnelle de la gestion du réseau
  • Le nouveau rôle de l’ingénieur réseau
  • Conclusion et auto-évaluation

Introduction

Il s’agit du deuxième livre blanc d’une collection de deux livres blancs. Le premier document était intitulé Pourquoi l’ingénierie réseau doit changer1. Ce document reconnaît la nature dynamique habituelle du changement au sein des environnements informatiques et aborde certains changements en cours qui ont une incidence significative sur l’ingénierie réseau. Certains changements tels que l’adoption de la VoIP ou les mises à niveau de l’Ethernet ne changent pas fondamentalement le rôle des ingénieurs réseau. Mais il y a un certain nombre de changements très importants qui modifient considérablement le rôle des ingénieurs réseau. Alors que les modifications décrites ci-dessous ont une incidence sur l’ensemble des tâches accomplies par les ingénieurs réseau, cet article se concentrera sur comment ces changements affectent l’approche traditionnelle de la gestion du réseau et les faiblesses qu’ils exposent.

Pourquoi l’ingénierie réseau doit changer1

Cet article décrira également les principales caractéristiques de la nouvelle approche de la gestion du réseau, comparera le rôle traditionnel d’un ingénieur réseau au rôle émergent et fournira une série de questions que les dirigeants de ce réseau et leurs subordonnés directs peuvent utiliser pour évaluer l’état de préparation de leur organisation en matière de gestion du réseau au cours de cette décennie et au-delà.

Les facteurs à l’origine du changement

Il y a trois facteurs clés venant modifier sensiblement le rôle de la gestion du réseau et de l’organisation des services informatiques d’aujourd’hui. Ces facteurs comprennent :

  • La pression d’afficher toujours plus de valeur commerciale
  • La présence croissante et la menace des services cloud publics
  • Le mouvement vers une fonction informatique axée sur les logiciels

La pression d’afficher toujours plus de valeur commerciale

Alors que les organisations informatiques ont toujours été sous pression pour afficher toujours plus de valeur commerciale, cette pression s’est intensifiée au cours des deux dernières années. Une des raisons de cette augmentation vient du fait que les entreprises elles-mêmes sont sous une pression accrue, on leur demande d’afficher toujours plus de croissance et de s’adapter. Selon le Dr Richard Foster de l’Université de Yale2, pour les entreprises, le fait de connaitre une durée de vie longue et robuste est un phénomène en voie de disparition. « La durée de vie moyenne d’une société cotée à l’indice S&P 500 a diminué de plus de 50 ans au siècle dernier, de 67 ans dans les années 1920 à peu près 15 ans aujourd’hui. »

Foster a également déclaré que « D’ici 2020, plus de trois quarts des entreprises du S&P 500 seront des entreprises dont nous n’avons même pas encore entendu parler. » Une autre raison de l’augmentation de cette pression a été mise en évidence dans le rapport de 2014 L’état des réseaux WAN3 : il s’agit de la corrélation entre les performances et le chiffre d’affaires. Le rapport inclus des études de marché qui ont montré que lorsque les performances d’une ou de plusieurs applications essentielles de l’entreprise ont un rendement médiocre, la société perd des revenus et des clients.

La relation à la gestion du réseau : L’impact commercial d’une infrastructure réseau à haut rendement et intègre peut être directement lié au chiffre d’affaires et à la fidélisation de la clientèle. Comme on le verra ci-après, l’approche traditionnelle de la gestion du réseau ne permet pas l’identification et la résolution simple et rapide de la cause première des dégradations des performances des applications ou du réseau pour une organisation informatique.

« Ce poste nécessitera en général de nouveaux niveaux de compétences et plus particulièrement des connaissances en programmation. »

L’évolution du rôle de l’équipe informatique et du professionnel des réseaux5

La présence croissante et la menace des services cloud publics

Dans le contexte actuel, il est devenu habituel pour les entreprises et les gestionnaires fonctionnels d’acquérir directement des services ou des applications qu’ils ne peuvent pas obtenir de leur organisation informatique ou qu’ils ne peuvent pas obtenir d’une manière efficace en temps opportun ou de manière rentable. Ce phénomène est renforcé par la présence croissante de fournisseurs de cloud public et est favorisé en partie par l’évolution des attentes des utilisateurs. Contrairement à la situation que l’on pouvait retrouver il y a cinq ou dix ans, les employés d’aujourd’hui ont une connexion Internet ADSL omniprésente, aussi bien à la maison que depuis une variété de périphériques mobiles. Des centaines de milliers d’applications leur sont offertes, ils peuvent rapidement les télécharger gratuitement ou pour une somme modique. En conséquence, les employés ont développé un niveau d’attente élevé pour les services qu’ils reçoivent, qu’il s’agisse de leur organisation informatique ou de tiers

La relation à la gestion du réseau : Puisque l’utilisation des services de cloud public ne va pas disparaitre, les services informatiques ont besoin maintenant de pouvoir gérer les services que les ressources prenant en charge ces services soient sous leur contrôle ou sous le contrôle d’un fournisseur de cloud public.

Le mouvement vers une fonction informatique axée sur les logiciels

Jusqu’à récemment, tous les composants clés de l’infrastructure informatique étaient centrés sur le matériel. Cette nature axée sur le matériel de l’infrastructure a fortement influencé le rôle interprété par un ingénieur réseau à chaque étape du cycle de vie du matériel y compris l’acquisition, l’installation, la configuration, la gestion et le dépannage. Par exemple, un centre de données traditionnel mettant en œuvre un nouveau service requiert en général de nouveaux serveurs et une gamme d’appareils qui fournissent des services des couches 4 à 7 , y compris des services de sécurité et d’optimisation. Cet équipement doit être raccordé dans le bon ordre en utilisant des interfaces qui sont uniques à chaque composant.

Il y a environ cinq ans, les services informatiques ont commencé à adopter la virtualisation des serveurs – ce qui est la première étape vers une fonction informatique axée sur les logiciels. Aujourd’hui, la plupart des organisations informatiques ont mis en œuvre d’autres formes de virtualisation, y compris la virtualisation des appareils tels que l’optimisation de contrôleur WAN. Mais en dépit d’une certaine résistance à la virtualisation, le réseau commence maintenant à peine à changer avec l’adoption de la mise en réseau réalisé par logiciel (SDN).

La relation à la gestion du réseau : Dans un environnement traditionnel axé sur le matériel informatique des ressources telles que le calcul, le stockage et les réseaux se déplacent rarement. Dans un environnement centré sur le logiciel, ces ressources sont fréquemment déplacées, ce qui complique considérablement la gestion du réseau, y compris la surveillance et le dépannage.

L’approche traditionnelle de la gestion du réseau

Une des principales caractéristiques de l’approche traditionnelle de la gestion du réseau repose sur le fait que les ingénieurs réseau se concentrent seulement sur le domaine réseau et qu’ils utilisent une variété d’outils qu’ils ont soit achetés récemment, obtenus gratuitement ou tout simplement dont ils apprécient l’utilisation. Compte tenu des changements décrits ci-dessus, cet aspect du processus de gestion de réseau traditionnel devient rapidement désuet. Désormais, les services informatiques éprouvent les plus grandes difficultés à surveiller et dépanner un environnement informatique centré sur le logiciel à l’aide d’outils traditionnels.

Une autre caractéristique de l’approche traditionnelle de la gestion du réseau qui est en train de changer concerne plus la culture de l’organisation informatique que ses outils. Dans de nombreux services informatiques, si les performances d’une application ne répondent pas aux attentes, on fait l’hypothèse que le réseau est en faute. Supposer que le réseau est toujours en tort conduit à une nouvelle mesure de gestion : la durée moyenne avant que le réseau ne soit innocenté (MTTI ou mean time to innocence)4. La MTTI est le temps qu’il faut pour l’organisation en charge des réseaux pour prouver que celui-ci n’est pas la source des dégradations. Une fois que cette tâche est accomplie, il est fréquent de supposer qu’une autre composante de celui-ci, tels que les serveurs ou les applications, est à mettre en cause. Cette approche défensive et linéaire de la gestion du réseau sera considérée comme l’approche CYA.

La MTTI (Mean time to innocence ou la durée moyenne avant que le réseau ne soit innocenté) est le temps qu’il faut pour l’organisation en charge des réseaux pour prouver que celui-ci n’est pas la source des dégradations.

En plus d’augmenter la durée nécessaire pour identifier et résoudre les problèmes, les autres limites de l’approche CYA de la gestion de réseau comprennent :

  • Il ne résout pas toujours le problème.
    Étant donné que l’approche CYA met l’accent sur des domaines technologiques individuels, elle ne pourra pas souvent identifier les problèmes tels que ceux causés par des retards au sein de plusieurs domaines provoquant des dégradations de façon sporadique des performances d’une application.
  • Renforce l’image des services informatiques qui permet de les percevoir comme des services réactifs mais avec lesquels il est difficile de collaborer.
    Une des raisons pour laquelle les entreprises et les gestionnaires fonctionnels d’une entreprise contournent l’organisation informatique est qu’ils trouvent que bien souvent, leurs relations sont difficiles quand ils ont affaire à leur service. Tarder à résoudre les problèmes renforce ce stéréotype et l’image d’une organisation informatique lente et réactive, non proactive.
  • Ne fait pas avancer la carrière des ingénieurs réseau.
    Parce que l’approche CYA met l’accent sur des domaines technologiques individuels, elle ne permet pas aux ingénieurs réseau de développer des compétences centrées sur l’entreprise qui deviennent de plus en plus importantes aux responsables informatiques. En plus de ne pas apprendre de compétences centrées sur l’entreprise, une autre raison faisant de cette approche une approche limitant les opportunités de carrière est que le temps passé à se servir de cette approche peut empêcher les ingénieurs réseau d’apprendre de nouvelles techniques telles que celles requises par l’adoption du cloud computing et le mouvement vers un recours plus important aux logiciels.

Le nouveau rôle de l’ingénieur réseau

Comme décrit dans L’évolution du rôle de l’équipe informatique et du professionnel des réseaux5 le rôle des ingénieurs réseau change. Dorénavant, les ingénieurs réseau vont passer moins de temps sur les tâches suivantes :

  • Configuration des dispositifs
  • Résolution de problèmes
  • Déploiement de matériel
  • Saisies CLI et scripts
  • Tâches de gestion réactive

Par conséquent, les ingénieurs réseau passeront plus de temps sur les tâches suivantes :

  • Innovations commerciales et informatiques
  • Conception architecturale de bout en bout
  • Programmation - basées sur l’API et non CLI
  • Gestion de la politique globale
  • Tâches de gestion proactive

Le Guide 2015 sur la SDN et NFV6 contenait les résultats d’un sondage qui demandait aux répondants d’indiquer le type d’incidence sur leurs tâches qu’avait eue l’adoption de fonctionnalités informatiques centrées sur les logiciels ou ce à quoi ils s’attendaient suite à l’adoption de telles fonctionnalités. Parmi leurs réponses, on trouve :

  • La façon de concevoir, mettre en oeuvre et dépanner les réseaux va beaucoup changer
  • Ce poste nécessitera en général de nouveaux niveaux de compétences et plus particulièrement des connaissances en programmation.
  • Il y aura de nouvelles exigences en matière de sécurité
  • À mesure que nous adoptons DevOps, des compétences de base diverses et variées sont nécessaires
  • Les silos de technologie seront moins importants
  • De nouvelles architectures devront être développées
  • Il y aura beaucoup de nouvelles formations et installations à effectuer de nouveau

Conclusion et auto-évaluation

Devoir procéder avec des technologies en constante évolution est une habitude pour les services informatiques. Toutefois, l’étendue et l’ampleur des changements qui ont actuellement une incidence sur les services informatiques représentent plus que d’habitude. Ils représentent un changement fondamental dans la façon dont l’organisation informatique fonctionne en général et, en particulier, le rôle de l’ingénieur réseau.

Les questions suivantes sont conçues pour permettre au lecteur de faire une autoévaluation. Quelle est la position de votre organisation par rapport à la transition de l’approche traditionnelle de la gestion des réseaux et la nouvelle approche qui répond aujourd’hui aux besoins commerciaux ?

  1. Est-ce que votre organisation informatique dispose d’une planification intégrée bien établie pour l’évolution des éléments suivants : applications, calcul, stockage, réseau et sécurité ?
  2. Est-ce que votre organisation dispose d’une planification bien établie détaillant la façon dont la gestion de réseau va évoluer pour répondre aux changements commerciaux et technologiques actuels ?
  3. Est-ce que votre organisation dispose d’une planification bien établie de l’évolution des compétences de ses ingénieurs réseau ?
  4. Est-ce que votre organisation évalue régulièrement les outils utilisés pour la gestion du réseau et du budget en vue d’envisager des mises à niveau ou des solutions plus contemporaines ?
  5. À quel niveau les capacités de résolution des problèmes entrent en ligne de compte lorsque votre organisation prend des décisions et décide d’adopter de nouveaux services tels que les services de cloud public ou la mise en œuvre de SDN ?
  6. À quelle fréquence votre organisation identifie et élimine des problèmes avant qu’ils n’affectent l’utilisateur ?
  7. Dans quelle mesure votre organisation dispose d’une approche CYA à la gestion du réseau dans laquelle chaque domaine technologique tente de prouver qu’il n’est pas la source du problème ?

Si vous ont répondu non à l’une des quatre premières questions ou que vous avez hésité à trouver une réponse aux questions 5 à 7, votre organisation doit commencer à se réévaluer. Alors que les organisations exigent un alignement sur la valeur commerciale et plus d’agilité des équipes informatique, il incombe aux responsables informatiques de prendre une position proactive et de répondre à ces questions. Pour en savoir plus : Pourquoi l’ingénierie réseau doit changer

 
 
Powered By OneLink