Livre blanc : Les meilleures pratiques en matière de dépannage des réseaux des sites distants | enterprise.netscout.com

Livre blanc : Les meilleures pratiques en matière de dépannage des réseaux des sites distants

La direction et les employés des sites distants sont en droit d'attendre un niveau de qualité de services réseau comparable à celui du site principal. Toutefois, lorsque le personnel informatique dispose de ressources limitées pour l'assistance des réseaux des sites distants, il n'est pas rare que les applications, les services et les performances ne soient pas aussi robustes sur ces sites que sur le site principal.

Les meilleures pratiques détaillées dans ce livre blanc permettent de garantir un niveau de qualité de services réseau optimal sur les sites distants.

  • TABLE DES MATIÈRES
  • Introduction
  • Méthodes conseillées pour le dépannage
  • Découverte du réseau
  • Établissement des références
  • Tâches proactives
  • Tâches réactives
  • Tâches de la fenêtre de maintenance
  • Solution : Analyseur intégré

Introduction

Les succursales sont une réalité pour la plupart des organisations, et tandis que les employés distants s'attendent à disposer des mêmes applications, services et performances réseau que les employés situés au siège social, la plupart des organisations informatiques n'ont pas les budgets ou les effectifs nécessaires pour équiper ces sites au niveau local. Dans de nombreux cas, la taille du site ne justifie pas la mise en place de personnel sur place, mais les employés présents sur ces sites exigent le même niveau de service que de plus grands sites.

Même si la centralisation et la consolidation du serveur et l'adoption d'applications Web présentent des avantages pour l'entreprise, seul un niveau de qualité de services identique sur tous les sites de l'entreprise permet d'atteindre une productivité optimale. Hélas, même les déploiements de réseau les plus soigneusement planifiés sont susceptibles d'exposer les bureaux distants et leurs utilisateurs à des problèmes de performances et de disponibilité. L'équipe informatique du site principal est donc confrontée à des défis supplémentaires en termes de maintenance des performances, de la disponibilité, de la sécurité et de la visibilité du réseau des sites distants.

Lorsque les utilisateurs distants ne sont pas satisfaits des performances et du niveau de qualité de la VoIP, l'équipe informatique du siège doit être capable d'identifier rapidement l'origine du problème et de résoudre ce dernier dans les plus brefs délais. Les pannes et les ralentissements du réseau qui peuvent se produire sur les sites distants sont bien plus difficiles à résoudre en raison de la distance, de la durée des déplacements et du fait que les outils nécessaires au dépannage ne sont pas nécessairement disponibles sur le site distant. L'organisation et l'envoi des outils nécessaires et du personnel de dépannage sur les sites distants sont à la fois chronophages et coûteux, et le temps passé à l'extérieur entraîne des retards ou des interruptions pour d'autres tâches essentielles, telles que la planification et la mise en œuvre des projets informatiques.

Quelles sont les solutions qui permettent de subvenir à ces besoins ? Une stratégie, un processus et une panoplie d'outils qui peuvent couvrir les besoins du site distant et le site du siège social de l'entreprise sont nécessaires. Avec les données et les outils adéquats, votre personnel informatique peut identifier et résoudre les problèmes de manière rapide et efficace. Si le réseau distant est en plus doté du niveau de visibilité approprié, l'équipe informatique peut être en mesure d'identifier les dégradations qui s'y produisent avant qu'elles n'engendrent des problèmes sérieux. Cette stratégie permet à l'équipe informatique de prendre les mesures de prévention nécessaires pour éliminer l'encombrement, la latence et d'autres problèmes que peuvent rencontrer les sites distants, susceptibles de perturber les opérations. De plus, pouvoir résoudre des problèmes depuis le site principal permet de ne pas avoir à dépêcher du personnel sur les sites distants, ce qui permet un gain de temps et une réduction des frais de déplacement et une disponibilité de réseau accrue. Ce gain de temps permet de se concentrer sur des projets stratégiques.

Meilleures pratiques en matière de dépannage des sites distants

Établissement des références, évaluation et documentation
Pour gagner en efficacité, une mesure proactive doit être prise dans un premier temps. Il faut établir la base de référence du réseau du site distant existant, afin que les informaticiens disposent des connaissances nécessaires pour savoir à quoi ils sont confrontés. C'est particulièrement vrai dans le cas de sites distants issus d'un rachat ou d'une fusion d'organisations et dont la configuration d'équipement et de réseau diffère de celle du site principal.

Il faut dans un premier temps effectuer une analyse et une documentation complètes du réseau du site distant. L'analyse a pour but d'identifier l'équipement utilisé, mais également les utilisateurs et le type de connexions réseau. L'analyse doit rassembler des données sur l'ensemble du matériel, des serveurs, des points d'accès, les configurations des commutateurs et des routeurs, ainsi que sur la connectivité réseau. Pour disposer des connaissances nécessaires sur le réseau distant, des cartes à jour sont essentielles, elles servent de référence quand de futurs problèmes commencent à apparaître.

La prochaine étape consiste à comprendre ce que représentent des niveaux de trafic « normaux » au niveau du site distant. Ceci fournit un point de référence sur lequel il faut se baser et comparer lorsqu'il faut déterminer quel niveau d'activité est anormal et valider des problèmes à l'avenir. L'équipe informatique doit évaluer les performances du réseau actuelles, notamment les habitudes de transmission sur le réseau, en prenant en compte l'utilisation des protocoles et des applications, l'utilisation de la bande passante, la connectivité Internet et WAN, sans oublier bien sûr les vulnérabilités potentielles du réseau.

Il est recommandé de surveiller le trafic en partance et en provenance du site pour obtenir un échantillon d'une période d'activité normale de l'entreprise. Effectuer une écriture miroir du trafic (ou de l'envergure) du port de routeur d'entrée / de sortie à un analyseur capable de l'analyse du trafic à plein rendement de la ligne est une des méthodes envisageables. Une autre méthode possible, qui permet également de bénéficier d'une future visibilité, est l'installation d'un TAP réseau afin que les ingénieurs disposent d'un point d'accès rapide au trafic réseau à l'avenir.

 

Aujourd'hui, les ports de liaison commutée sont très largement déployés et on assiste également à l'essor des ports d'accès vers les postes de travail, en particulier dans le cadre du déploiement d'applications VoIP prenant en charge simultanément plusieurs domaines de diffusion pour le trafic étiqueté et non étiqueté. Il convient donc d'être en mesure de détecter l'ensemble des réseaux locaux virtuels (VLAN) d'une liaison et d'analyser la distribution du trafic circulant sur ces réseaux VLAN. En outre, il est indispensable de disposer des statistiques du trafic d'un réseau VLAN spécifique pour détecter, générer et capturer le trafic uniquement pour ce réseau. Cela permet d'identifier les protocoles, les échanges et les hôtes principaux de ce réseau particulier.

Tout aussi important, évaluer la connectivité Internet/WAN et la qualité des liaisons du fournisseur de service (QoS) pour obtenir le dernier élément essentiel du niveau de référence du site distant. Effectuer un test de performance actif (où le trafic de test est généré à partir du site du siège social vers et depuis le site distant) révèle les niveaux de perte de paquets, la latence et la gigue, et permet de s'assurer que des configurations pourvues d'une qualité de service adéquate soient présentes de bout en bout. Les rapports où les résultats des tests sont enregistrés peuvent devenir une mesure connue essentielle à partir de laquelle les dégradations futures peuvent être comparées.

MÉTHODE :
Pour fournir les informations requises, il est nécessaire d'utiliser de nombreuses fonctions différentes et, sans outils spécialisés, de nombreux produits différents. Pour récapituler, il est nécessaire de disposer des capacités suivantes :

  • Analyse de réseau : essentielle pour détecter tous les appareils et chemins
  • Capacités de cartographie/documentation : l'automatisation réduit la charge de main d'oeuvre et permet d'éviter les erreurs
  • Interrogation SNMP au niveau de l'interrupteur de base et obtention des performances du routeur : un grand degré de précision des données est essentiel
  • Capture de la vitesse du câble, de paquet matériel et analyse de protocole pour mesurer les temps de réponse des applications sans perte de paquets, WireShark sur les ordinateurs portables ne convient pas en raison des limitations de vitesse de capture
  • La surveillance du trafic pour déterminer quels sont les protocoles utilisés sur le réseau, identifier qui utilise la bande passante et pour quelles applications
  • Génération de trafic et mesure des performances : des tests basés sur les normes sont préférables aux méthodes ad hoc, ou des vitesses de câble inférieures sont présentes comme celles fournies avec des outils gratuits comme Iperf

 


Étapes suivantes :

Pour assurer la maintenance des sites distants, les professionnels des réseaux en charge de ces sites doivent prendre plusieurs tâches en considération.

De manière générale, ces différentes tâches peuvent être classées dans les catégories suivantes :

  • Tâches proactives
  • Tâches réactives
  • Tâches de la fenêtre de maintenance

 

Tâches proactives
Une fois que les diagrammes de la configuration du réseau ont été mis à jour et que les données de référence des niveaux de trafic ont été obtenues, il est indispensable que les employés du site principal soient prévenus automatiquement lorsque les niveaux de trafic généraux ou le trafic au niveau d'un des ports de liaison commutée stratégiques dépassent les niveaux « normaux » attendus. De nombreux outils de gestion (systèmes de gestion de réseau ou NMS) permettent de surveiller le trafic au niveau de chaque port de liaison commutée et de chaque interface WAN, et de déterminer les dépassements de seuils spécifiques sur ces interfaces, selon le taux d'erreurs ou d'utilisation. L'équipe informatique sera ainsi avertie des dégradations potentielles du réseau du site distant avant qu'elles n'engendrent des problèmes sérieux. Toutefois, comme leur but principal est d'assurer la surveillance à long terme et de définir les grandes tendances, la plupart des systèmes de gestion prélèvent des échantillons qui sont trop grands pour un dépannage efficace. Lorsqu'on essaie de déterminer la présence d'événements monopolisant la bande passante ou intermittents, un analyseur avec des taux d'échantillonnage granulaires est essentiel pour la détection des problèmes et leur isolement. De plus, les problèmes apparemment bénins, tels que les masques de sous-réseau incorrects ou les adresses IP dupliquées, doivent être signalés.

Il est également nécessaire de surveiller les protocoles utilisés, tout particulièrement pour le trafic transitant sur la liaison WAN. Est-ce que les utilisateurs gaspillent la bande passante Internet/du réseau WAN avec des applications personnelles ? Des données axées sur les flux (NetFlow, sFlow, jFlow, ipFIX) permettent de surveiller l'utilisation de bande passante par application et utilisateur. Gardez à l'esprit, cependant, que les données basées sur des flux constituent une autre mesure de l'utilisation, elles ne contiennent pas de données concernant les performances : la vitesse des transactions.

Comment donc détecter les points d'accès sans fil non autorisés, indésirables et non protégés sans un employé du service informatique arpentant les lieux équipé d'un analyseur de réseau sans fil ? Des capteurs de surveillance peuvent être déployés pour surveiller les périphériques indésirables ainsi que les performances du moniteur du site WLAN à distance, mais encore une fois, c'est là que l'analyse en profondeur de la partie câblée du réseau devient importante, non seulement les NMS ont besoin ne détecter les adresses IP, mais il faut aussi détecter les adresses MAC associées et décoder le préfixe des fabricants. Ensuite, en classant la base de données de détection par adresses MAC, on peut aisément trouver dans la liste les préfixes MAC qui ne sont pas habituellement présents sur le réseau. Si un préfixe MAC suspect est détecté, l'employé du service informatique doit savoir à quel emplacement du réseau ce périphérique est connecté (commutateur). Il pourra ainsi fermer le port de liaison commutée à distance.

Tâches réactives
Quand les utilisateurs à distance se plaignent « d'un réseau lent », le personnel informatique doit suivre un processus cohérent et avoir accès aux données nécessaires pour identifier le domaine des problèmes pour identifier et prouver qui ou ce qui est en faute. Le service informatique doit identifier le domaine le plus problématique (réseau, application, serveur ou client). Il ne doit pas alors nécessairement résoudre le problème, mais il doit être en mesure de communiquer les problèmes avec assurance à l'équipe chargée des problèmes réseau, en fournissant suffisamment d'informations pour éviter les accusations hâtives.

 

Première étape : test de la connectivité et de temps de réponse (et du problème avec Ping)
Pour la plupart des professionnels du réseau, la première étape dans la résolution d'un problème est de faire un ping du site distant - soit la machine de l'utilisateur dont la plainte émane, un serveur local ou un autre qui fonctionne de manière fiable, à condition que l'ICMP (la couche protocole 3 utilisée par ping) ne soit pas bloquée. Si la commande ping a fonctionné dans le passé, mais ce n'est pas le cas maintenant, alors un examen de l'état du port le long du chemin est nécessaire. En l'absence de ports ou de liaisons défaillants, un ping non réussi signifie qu'il faut dépanner à partir du bas de la pile et progresser vers les couches supérieures. Malheureusement, des problèmes de connectivité physiques peuvent demander au personnel de se rendre sur le site pour le dépannage, mais ne comptez pas uniquement sur le ping pour déterminer cela, il peut être bloqué.

Un ping réussi assure au moins la connectivité physique, et peut donner une évaluation inexacte du temps de réponse aller-retour du réseau. Mais un utilitaire ping n'est pas une méthode de mesure fiable pour déterminer la perte de paquets, et étant de nature symétrique, cela ne permet pas de déterminer la présence de problèmes asymétriques sur la liaison. En outre, aucune application utilisateur n'utilise l'ICMP, ainsi définir si les protocoles employés par une application particulière peuvent traverser le réseau, et la vitesse à laquelle elles le font, doivent être mesurés de manière différente, par exemple en « ouvrant un port ». Établir une liaison à trois voies SYN/SYN-ACK/ACK d'un port TCP est un test beaucoup plus fiable de la connectivité de la couche 3. Encore mieux qu'un test de connexion de port (qui valide la connectivité réseau et le temps de réponse du réseau) effectuer et mesurer une transaction d'application est une méthode plus fiable de mesure du temps de connectivité et de la réponse de l'application. Certains outils peuvent cibler un serveur Web local ou distant, et exécuter et mesurer une commande HTTP GET pour mesurer les performances d'une application basée sur le web, par exemple.

Gardez à l'esprit que la conduite de ces essais depuis le site du siège peut fournir des résultats différents de ceux rencontrés depuis le site distant en lui même.

Deuxième étape - examen de l'utilisation du réseau
Il est très commun que les ralentissements des performances soient causés par une utilisation abusive de la bande passante du réseau. Alors que la plupart des connexions LAN dépassent plusieurs fois le débit possible de la bande passante WAN ou Internet, il n'est pas impossible pour une connexion réseau local de devenir surchargée, surtout si les configurations n'atteignent pas un débit maximal. De nombreux ingénieurs réseau sont surpris de trouver des liaisons 10 Mb/s semi-duplex en fonction là où on s'attend à des liaisons 100Mbps en duplex intégral ou Gigabit. Le SNMP ou des données basées sur les flux peuvent être examinées pour déterminer l'utilisation de l'interface. La mesure granulaire peut indiquer quand des pics d'utilisation se produisent, avec des données de flux fournissant des preuves sur les activités des utilisateurs.

Troisième étape : tester la qualité du réseau
Une méthodologie unique pour tester la bande passante disponible est de procéder à un test de performance depuis le siège au site distant. Il existe des agents logiciels qui peuvent être déployés sur les ordinateurs distants et ensuite ciblés par un analyseur au siège. « Superposer » un flux de trafic de test depuis/vers le site distant fournit un aperçu instantané de la qualité de la transmission des paquets, permettant de révéler des problèmes au niveau de la latence, de la perte et de la gigue qui pourrait avoir une incidence sur les performances des applications.

Quatrième étape : analyse de paquet
Opérant toujours à partir du siège, l'ingénieur réseau peut placer son analyseur sur la ligne avec le flux de trafic en provenance du site distant (soit en utilisant un analyseur capable d'une analyse en ligne, ou via un port SPAN ou un TAP réseau). N'oubliez pas que des outils basés sur le matériel sont essentiels pour obtenir une analyse sans perte de paquets. La plus grande perte de temps pour un ingénieur serait de capturer une partie seulement du trafic depuis/vers le site distant, et (au mieux) de devoir deviner ou, pire encore, de devoir résoudre des erreurs de paquets perdus lorsque la perte a été causée par l'analyseur lui-même !

Avec les fichiers de capture de trafic depuis/vers le site distant, l'ingénieur peut examiner les temps delta entre les trames et distinguer les temps de transfert réseau des le temps de réponse du client, validant ainsi s'il y a vraiment un problème de performance sur le site distant, ou si le problème se situe au niveau du client ou du côté du siège.


Analyseur sur le site distant

Malgré tous ces efforts et comme nous l'avons déjà souligné, tester depuis le siège ne permet que d'obtenir des résultats limités et fournit uniquement des informations de test du point de vue du siège social. À un moment donné, les mesures doivent être prises du site distant, du point de vue des utilisateurs affectés. Bien que le bureau à distance (RDP) peut être utilisé pour prendre le contrôle d'un PC à distance et effectuer divers tests de ligne de commande (comme ping ou tracert) ceux-ci sont limités comme nous avons pu le voir. Le scénario idéal est d'avoir un analyseur de réseau dédié sur le site pour effectuer des tests au niveau local (ou envoyer l'analyseur en question au site) mais de pouvoir contrôler cet analyseur à distance depuis le siège, éliminant de ce fait les déplacements sur le terrain.

Un test des services réseau depuis le site distant permet de faciliter la détection du domaine problématique, il est essentiel pour les bonnes performances des applications de l'utilisateur distant, puisqu'il permet de s'assurer de la disponibilité et du bon fonctionnement des services réseau stratégiques. La configuration minimale inclut les services suivants : DHCP, DNS et authentification 802.1x (le cas échéant). L'effet du DNS sur les performances des applications ne peut pas être surestimé. Plutôt que de simplement se connecter à distance sur le PC client et effectuer une recherche CLI DNS, la possibilité d'ajouter des adresses de serveurs DNS supplémentaires est indispensable pour la résolution de tests d'un nom à partir d'une adresse ou d'une adresse à partir d'un nom, en particulier dans le cas d'applications hébergées sur plusieurs serveurs du site principal utilisant des DNS à séquences périodiques pour l'équilibrage des charges et les recherches.

Une fois que les services de base et la connectivité des applications ont été vérifiés, l'analyseur doit être capable de fournir une analyse détaillée au niveau du site distant pour permettre d'identifier l'origine du problème. Les problèmes rencontrés sur les sites distants sont parfois intermittents. Il est plus difficile, voire impossible, de reproduire ce type de problèmes. Peut-on pour autant nier sans risque l'existence de ces problèmes ? Hélas, non. Il est souvent difficile de déterminer ce qui se passe sur le câble, à plein rendement de la ligne, lorsque des messages d'erreurs d'application s'affichent. Il est donc indispensable de disposer d'un outil permettant de capturer un trafic plus pertinent et d'analyser les données obtenues lorsqu'on en a le temps, et pas nécessairement au moment où les problèmes surviennent. Les déclencheurs, qui arrêtent ou lancent la capture lorsqu'un événement particulier est détecté, permettent d'accélérer la résolution des problèmes. Ils offrent également plus de flexibilité grâce à :

  • Une surveillance automatique : capturez le trafic lorsque l'événement se produit.
  • Un nombre réduit de captures : l'événement est capturé du premier coup. Vous n'avez plus besoin d'effectuer des captures aléatoires du trafic susceptibles de ne contenir aucune donnée pertinente.
  • Une analyse du trafic capturé quand vous le souhaitez, pas nécessairement au moment où l'événement se produit
  • Une capture du trafic avant, après ou à un moment proche de la période où l'événement se produit, et adaptée aux besoins, grâce aux filtres de capture qui permettent de limiter le trafic capturé et évitent d'avoir à analyser des mégaoctets de données.

 

Fenêtre de maintenance
Pendant les périodes de maintenance du réseau, veille à ce que les liaisons Internet/WAN vers les sites distants soient capables de supporter la bande passante allouée et d'assurer une transmission de qualité du trafic des applications. Pour ce faire, un test de performances du réseau (NPT) doit être effectué entre l'analyseur du site distant et un analyseur similaire sur le site principal. Ce test doit être effectué à différentes cadences de trafic et différentes tailles de trames afin de déterminer si la liaison WAN peut gérer le trafic, d'analyser la perte de paquets et surtout la direction dans laquelle les paquets sont perdus. Si des trames sont perdues ou que la liaison ne prend pas en charge le débit annoncé, l'analyseur doit être doté de fonctionnalités permettant de diagnostiquer la source du problème.

Mais le test de débit et de la perte n'est qu'un seul élément de la mesure de la qualité du réseau. La latence et la gigue doivent être mesurées, et la gigue doit être mesurée de manière asymétrique si l'on veut comprendre son incidence sur les applications de streaming et la qualité du VoIP. En outre, la qualité de service doit être testée en faisant passer le trafic sous différents paramètres de qualité de service pour assurer une priorisation du trafic adéquate et éviter un rejet abusif ou un étranglement du trafic applicatif.

Par où commencer ?

Comme avec toutes les meilleures pratiques, elles ne sont efficaces que si elles sont appliquées et pratiquées régulièrement. La première étape est d'évaluer vos processus, priorités et besoins actuels. En outre, il est important de comprendre quels outils sont bien adaptés à la réalisation des avantages de l'adoption de ces bonnes pratiques. Bien qu'il existe des outils sur le marché qui peuvent aider à la mise en place de certaines de ces pratiques, un seul outil offre un soutien fonctionnel complet pour l'ensemble de ces meilleures pratiques. La tablette d’analyse réseau OptiView® XG de NetScout vise à remédier même aux problématiques de dépannage les plus complexes dans des environnements de réseau distribué d’aujourd’hui - rapidement et efficacement.


Comment la tablette d'analyse réseau OptiView XG permet de gérer plus facilement des sites distants

OptiView combine les fonctionnalités de différents outils en un seul périphérique, de telle sorte qu’il accélère et simplifie la gestion et le dépannage des sites distants en évitant aux ingénieurs de devoir changer d’outil pour chaque test. Qui plus est, les professionnels des réseaux peuvent effectuer l'ensemble des tests nécessaires au niveau du site distant sans avoir à quitter le site principal. En connectant au réseau l'OptiView Analyzer, vous bénéficiez d'une visibilité du réseau 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. C'est comme si vous aviez un « ingénieur réseau virtuel » à votre disposition. De plus, les données peuvent être visualisées par plusieurs personnes. Grâce à l'OptiView Analyzer, les professionnels des réseaux peuvent collaborer même lorsqu'ils ne se trouvent pas sur le même site : les données peuvent en effet être partagées en lançant plusieurs interfaces utilisateur à partir de l'analyseur. Ils peuvent ainsi procéder à une analyse assistée pendant la mise en œuvre du réseau.

L'OptiView Analyzer permet également de bénéficier d'informations de détection relatives aux problèmes de réseau et de périphériques, et d'identifier les protocoles en l'espace de quelques secondes. Il accélère également la consignation pour une documentation complète sur votre infrastructure. A l’aide de l’OptiView Analyzer, les professionnels des réseaux sont en mesure de réaliser un inventaire complet de tous les périphériques réseau, de déterminer l’endroit du réseau auquel ils sont connectés et d’identifier les services qu’ils exécutent. Il peut faire une cartographie automatisée, créer des cartes du réseau dans son état actuel et exporter ces données vers Microsoft® Visio, afin que les professionnels du réseau puissent obtenir les données dans un format familier qui peut facilement être utilisé lors du dépannage du site distant. A l’aide de l’OptiView Analyzer, les professionnels des réseaux peuvent vérifier et démontrer l’aptitude du réseau à prendre en charge les changements envisagés, qu’il s’agisse d’une expansion, d’une fusion, d’une consolidation ou encore d’une mise à niveau. Ils peuvent valider et documenter les performances et vérifier les nouvelles configurations afin de s’assurer de la stabilité du réseau. Enfin, ils peuvent se servir de l’OptiView Analyzer pour identifier les configurations VLAN (réseau local virtuel), valider le bon fonctionnement du réseau et examiner les configurations et les performances des commutateurs et des routeurs.

Avantages pour l'entreprise

Un dépannage efficace permet de non seulement réduire les frais de déplacement et d'octroyer des gains de temps, mais fait correctement, il peut aider à éviter ou à réduire les dépenses en matériel supplémentaires, en achats de capacité WAN excédentaires, en investissements inutiles dans des processus de dépannage externalisés, ou de rencontrer des problèmes persistants qui accaparent le temps et l'argent du service informatique et de l'ensemble des activités.

 

Avantages d’un analyseur de réseau intégré pour l’entreprise

La tablette d'analyse réseau OptiView XG assiste les professionnels des réseaux dans la gestion des projets informatiques, la résolution des problèmes réseau et la prise en charge d’initiatives informatiques. Résultat ? Des coûts informatiques réduits et une plus grande satisfaction des utilisateurs. Il vous fournit en outre un panorama complet de l’ensemble de l’entreprise, comprenant tous les composants matériels, toutes les applications et toutes les connexions à votre réseau. De fait, cet outil portatif offre une visibilité et des fonctionnalités véritablement uniques, qui vous permettent d’effectuer les opérations suivantes :

  • déployer de nouvelles technologies et applications
  • gérer et valider les changements d’infrastructure
  • résoudre les problèmes de performances réseau et applicatifs
  • protéger le réseau contre les menaces internes
Il vous permet d’appréhender la situation actuelle de votre réseau et vous aide à évaluer avec précision son aptitude aux changements à entreprendre aujourd’hui et à moyen terme. Exploitez la puissance de l'OptiView pour améliorer votre visibilité et votre maîtrise sur le réseau. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.enterprise.netscout.com

 

 
 
Powered By OneLink