Livre blanc : Percer le brouillard | enterprise.netscout.com

Livre blanc : Percer le brouillard

Livre blanc : Le besoin de visibilité et de surveillance des SaaS en temps réel | NETSCOUT

Afin de favoriser une plus grande innovation commerciale et une réponse prompte aux nouvelles opportunités professionnelles, les entreprises déploient de plus en plus souvent des applications logicielles en tant que service ou SaaS (« Software-as-a-Service ») pour répondre à leurs besoins. Cette tendance est à l’origine d’une entreprise sans frontières, dans laquelle la ligne traditionnelle entre l’infrastructure du centre des données de l’entreprise et les applications externes est devenue floue. Tandis que les entreprises bénéficient des SaaS, les administrateurs informatiques connaissent une autre difficulté : qui est responsable de la performance et de la fiabilité des SaaS ? Les entreprises attendent du service informatique qu’il s’engage et revendique la fiabilité des SaaS, en particulier puisqu’il interagit avec un si grand nombre de ressources du centre de données traditionnel. Actuellement, les administrateurs informatiques ont peu voire aucune information sur les SaaS pour dépanner de façon adéquate les problèmes de SaaS pour leurs utilisateurs finaux et leurs clients. La surveillance proactive et en temps réel des ressources des SaaS avec TruView™ Live de NETSCOUT établit des passerelles entre le centre de données et le cloud, procurant encore une fois au service informatique un contrôle de bout en bout de leurs réseaux.

    TABLE DES MATIÈRES

  • Partie I : Que-ce qui stimule l’adoption des SaaS ?
  • Partie II : L’évolution vers une entreprise sans frontières
  • Partie III : Il est temps de prendre le contrôle des SaaS
  • Partie IV : Solution TruView™ Live de NETSCOUT
  • Partie V : TruView Live de NETSCOUT tient ses promesses

Partie I : Que-ce qui stimule l’adoption des SaaS ?

Le logiciel en tant que service ou SaaS (« Software-as-a-Service ») est l’une des technologies à la croissance la plus rapide sur le marché. Les entreprises évoluent de plus en plus depuis le modèle client-serveur de l’informatique traditionnelle d'hébergement des applications en interne vers une « entreprise sans frontières » dans laquelle les logiciels sont livrés par l’intermédiaire du cloud en provenance de grands fournisseurs tiers tels que Salesforce.com, Oracle, Microsoft et des dizaines d’autres. Et le taux d’adoption des principaux groupes s’accélère. D’après un article récent du magazine Forbes, « D’ici 2018, 59 % des charges de travail totales dans le cloud seront sous la forme de charges de travail de SaaS (« Software-as-a-Service »), en hausse de 41 % en 2013 ».1 On prévoit que les ventes totales de SaaS atteindront 106 milliards de $ d’ici 2016, soit une hausse de 21 % par rapport à 2015,2. 2

« D’ici 2018, 59 % des charges de travail totales dans le cloud seront sous la forme de charges de travail de SaaS (« Software-as-a-Service »), en hausse de 41 % en 2013. »

Source : Forbes, 2015

Les raisons principales de l’explosion du marché des SaaS sont la diversité et l’innovation des applications SaaS des tierces parties. Initialement axés sur les logiciels de ventes et de comptabilité, les SaaS comprennent désormais un vaste éventail d’applications d’entreprise basées dans le cloud, notamment la gestion de la relation avec la clientèle (GRC), la productivité, les applications mobiles et la mise sur le marché, comme la gestion de contenu (voir Figure 1). Mais pourquoi de plus en plus d’entreprises accordent-elles moins d’importance aux modèles informatiques des centres de données traditionnels au profit des applications basées sur le cloud ?

Les SaaS fournissent rapidement de l’innovation

Le rythme de la concurrence mondiale continue de s’accélérer, et les centres informatiques des entreprises connaissent une forte pression pour déployer, configurer et entretenir les nouvelles applications, sur les sites, en des temps opportuns. Les directeurs informatiques sont pris à maintenir leur infrastructure informatique en place alors que le développement commercial demande une plus grande flexibilité, plus de fonctionnalité et plus de réactivité de l’application. L’adoption des applications SaaS est un moyen plus rapide et moins coûteux d’atteindre une fin rentable. Les dernières applications mobiles, de processus professionnel et de productivité ne sont qu’à quelques clics du menu des SaaS.

Avec les SaaS, les entreprises peuvent également facilement élargir l’accès aux applications à leur main-d’œuvre mobile en expansion et, plus important encore, à leurs clients. Un accès depuis n’importe où et n’importe quand est désormais une exigence, pas un luxe. Soixante pour cent de toutes les utilisations d’Internet sont mobiles. 3 Plus d’un milliard de travailleurs, dans le monde entier, seront mobiles en 2015, soit plus d’un tiers de la main-d’œuvre globale. [1,3 milliard de travailleurs vont adopter un équipement mobile d’ici 2015—Business News Daily]4 Grâce aux SaaS, les entreprises peuvent étendre plus facilement la portée de leurs applications aux clients et aux employés mobiles. Comme les applications basées sur le cloud sont mises à jour, étendues ou révisées, les utilisateurs mobiles n’ont pas besoin de reconfigurer ou de modifier leurs périphériques. La question de sauvegarder de façon sécurisée et de protéger les données des employés mobiles ne se pose plus du tout, dans un cloud de SaaS sécurisé.

Figure 1. La diversité des applications SaaS dans l’entreprise.

L’informatique traditionnelle connaît également des difficultés à se maintenir au rythme des demandes de l’utilisateur final. Ajouter, transférer et modifier des utilisateurs dans la cadre d’un modèle client-serveur de centre de données peut demander beaucoup de temps et poser de nombreux problèmes tels que l’approvisionnement de serveurs, l’octroi de licence des logiciels, la sauvegarde et la récupération des actifs des centres de données, ainsi que la maintenance continue du réseau. Dans un rapport de sondage récent des Services d’analyse de Harvard Business Review, les dirigeants informatiques ont cité les raisons principales suivantes pour l’utilisation de l’informatique basée sur le cloud :

  • « Une flexibilité professionnelle accrue
  • Une capacité flexible
  • Une adoption plus rapide des nouvelles technologies
  • Des coûts fixes moindres
  • Des coûts initiaux moindres pour développer/déployer les systèmes informatiques
  • Toujours sur les dernières versions des logiciels sans mises à jour/correctifs informatiques »
  • Source : Services d’analyse Harvard Business Review. 5

À l’évidence, la demande des utilisateurs, les coûts amoindris et l’agilité accrue stimulent l’adoption du cloud et des SaaS. Le modèle de financement par répartition des SaaS n’est pas simplement plus économique, il ajoute également un déploiement rapide, flexible et en fonction des besoins. Lorsque les modèles d’accès de l’employé et du partenaire évoluent, les SaaS peuvent répondre comme aucune architecture client-serveur traditionnelle ne peut le faire. C’est pour ces raisons que les SaaS connaissent leurs plus grandes progressions dans des entreprises spécifiques.

Qui utilise les SaaS ?

Si, à première vue, les capacités des SaaS semblent convenir parfaitement à la plupart des entreprises de petites et moyennes tailles (PME), ce sont les plus larges sociétés et entreprises internationales qui sont à la pointe de l’adoption des SaaS. Un rapport a révélé une adoption des SaaS par les entreprises à 50 %. 6 Pendant ce temps, le taux d’adoption des logiciels essentiels aux tâches traditionnelles dans l’entreprise est en baisse. La nature géographique largement distribuée des larges entreprises associée aux capacités « à la demande » des SaaS, rend les services basés sur le cloud particulièrement attrayants pour les plus larges organisations. Par exemple, une société comptable et groupe international de premier plan peut utiliser les applications SaaS unifiées de ses équipes de travail réparties dans le monde entier avec un accès « n’importe où, n’importe quand », plutôt que d’investir dans l’acquisition de licences de logiciels sur site et leur entretien sur plusieurs emplacements. Inversement, les entreprises de taille petite à moyenne sont habituellement davantage géocentrées et ont déjà investi lourdement dans des infrastructures sur site qu’elles n’ont pas l’intention de remplacer ou auxquelles elles ne veulent pas renoncer. Cependant, comme les infrastructures des PME vieillissent et ont besoin d’être remplacées, même ces entreprises devraient considérer de plus en plus les SaaS comme une méthode viable pour développer leurs centres de données.

Un marché du déploiement sur site des logiciels essentiels à la mission de l’entreprise en déclin

Figure 2. Source : Centre de connaissances et de données

Partie II : L’évolution vers une entreprise sans frontières

Avec une adoption plus répandue des SaaS par les grandes entreprises, celles-ci fonctionnent comme entreprise sans frontières dans laquelle les lignes entre les centres de données traditionnels et les applications de tiers sont devenues floues. Et on ne fera pas machine arrière. L’entreprise sans frontières continuera d’étendre sa présence. Les entreprises ont démontré que les SaaS favorisent une plus grande implication du client et s’accommodent plus facilement du nombre croissant de travailleurs mobiles. Cependant, les utilisations de plus en plus sophistiquées et innovantes des applications du cloud et SaaS commerciales ne suppriment pas pour autant l’intégralité de la charge des services informatiques. En fait, si leurs rôles plus anciens d’approvisionnement et d’entretien des centres de données ont perdu de leur importance du fait d’une plus grande utilisation des SaaS, cette évolution pose de nombreux nouveaux défis aux services informatiques.

Le cloud, les SaaS, la technologie mobile, l’innovation commerciale et l’agilité sont autant d’« incontournables » aujourd’hui. Mais quelle que soit l’origine de la technologie, la mission des services informatiques consiste toujours à surveiller, entretenir et améliorer ces technologies même lorsqu’elles sortent des limites conventionnelles du centre de données. La raison en est que quasiment toutes ces technologies sans frontières ont un effet sur l’informatique d’une manière ou d’une autre. Les administrateurs informatiques ne peuvent plus prétendre que les SaaS et le cloud « ne font pas partie de leur réseau et ne sont pas leur problème ». En fin de compte, toutes les activités et les données sont canalisées vers l’informatique centrale, au sens propre comme au figuré (voir Figure 3). En conséquence, les services informatiques sont grevés par des problèmes relatifs aux fournisseurs de bande passante et de réseaux WAN, aux télécommunications, ou au fait d’assurer et de garantir un accès de l’utilisateur et une performance acceptable. Lorsqu’ils ont affaire aux SaaS et au cloud, les services informatiques doivent désormais traiter les problèmes qui sont « de l’autre côté de la frontière » mais qui affectent malgré tout le cœur du centre de données et ses utilisateurs.

Figure 3. La nouvelle entreprise sans frontières : le réseau a quitté le bureau.

Les temps d'indisponibilité ne sont plus une option

Les utilisateurs finaux et les clients ne se préoccupent pas de savoir si leur accès provient d’une application SaaS ou d’un serveur central. La performance, la fiabilité et la disponibilité sont tout ce qui compte. Toute dégradation de la performance des SaaS relève entièrement de la responsabilité du service informatique d’une entreprise. Les temps d'indisponibilité ne sont plus une option. Une performance de mauvaise qualité représente une perte considérable de productivité, ou une perte de clients. Le fait de renvoyer les utilisateurs des SaaS au fournisseur ne résoudra en rien ces problèmes de manière opportune, et la réactivité met directement en corrélation les revenus et la satisfaction du client.

Bien que les achats de SaaS puissent trouver leur origine en dehors du service informatique, les unités commerciales attendent de ces services qu'ils remplissent leur rôle traditionnel, consistant à maintenir les systèmes en état de fonctionnement. Pour les professionnels de l’informatique cependant, les lignes sont floues voire effacées, rendant bien plus difficiles le dépannage et la résolution des problèmes. La performance d’une application est affectée par tant de variables qu’il est difficile de déterminer rapidement là où les problèmes de performance de l’application trouvent leur source.

Où le problème se situe-t-il ?

Dans l’interaction complexe des utilisateurs, des nombreux centres de données, des WAN, des utilisateurs à distance et des applications SaaS, les administrateurs informatiques ont vraiment du pain sur la planche. Les pannes et les performances en retard provoquent un afflux d’appels vers le service d’assistance, mais il n’existe aucune procédure normalisée pour dépanner les problèmes de SaaS. Par conséquent, dans l’éventualité d’une panne ou d’une dégradation de la performance, les services informatiques doivent examiner et vérifier rapidement les éléments suivants :

  • Le centre de données ? Lorsque la performance d’une application est compromise, la première étape du dépannage est le centre de données lui-même. Dans le cas des applications qui dépendent de la base de données, les journaux indiquent-ils des erreurs ? Sur le réseau, le serveur de l’application répond-il ? Si l’on examine le réseau du centre de données, les routeurs sont-ils correctement configurés ou la matrice de commutation est-elle surchargée ? Le pare-feu ou le commutateur périphérique (WAN) est-il mal configuré, bloquant ou définissant mal la priorité du trafic ?
  • Les utilisateurs et bureaux à distance ? La question suivante consiste à savoir si le réseau à distance lui-même connaît des problèmes de performance. Ici, les secteurs à examiner sont similaires à ceux du centre de données : des pare-feu mal configurés, le réseau surchargé ou, dans certains cas, des interférences de réseau sans fil. Les connexions WAN sont-elles optimisées ?
  • Le fournisseur de WAN ? Le fournisseur a-t-il correctement configuré son commutateur périphérique de fournisseur pour livrer la bonne bande passante et qualité de service/classe de service (QoS/CoS) ? L’équilibrage de charge dans le service WAN fonctionne-t-il ? Y a-t-il des segments du WAN qui sont en panne et qui réacheminent le trafic, ce qui provoque des retards ?
  • Le fournisseur de SaaS ? Bien sûr, les dépanneurs informatiques doivent également vérifier le statut du fournisseur de SaaS. Quels niveaux de performance sont signalés ? Malheureusement, la plupart des vérifications de performance des contrats de service ou SLA (« service level agreement ») sur les sites de SaaS fournissent uniquement des statistiques générales qui ne sont pas assez spécifiques pour vérifier adéquatement la performance d’un groupe particulier d’utilisateurs.

Donc, qui est responsable du problème ?

C’est le service informatique qui est responsable du problème. Du fait des interactions complexes entre le centre de données, les bureaux à distance, les fournisseurs de WAN et le cloud des SaaS, de nombreux facteurs sont susceptibles de contribuer aux pannes ou aux mauvaises performances. Qu’on le veuille ou non, la performance, la fiabilité et finalement l’expérience de l’utilisateur final sont toutes de la responsabilité du service informatique. Le dernier élément sur la liste de vérification du dépannage, le fournisseur de SaaS, est dans l’angle mort du service informatique.

Le service informatique n’a pas de visibilité sur les SaaS

Étant donné le manque de rapports de granularité en provenance de la plupart des applications SaaS, et dans certains cas des fournisseurs de télécommunications WAN, le service informatique est, en effet, sans visibilité sur les SaaS. Sans cette visibilité sur les clouds des fournisseurs, il ne dispose d’aucune opportunité de résoudre rapidement le problème. Les statistiques générales de rapports des fournisseurs peuvent indiquer des niveaux de service satisfaisants, bien qu’ils soient agrégés et pas suffisamment spécifiques pour que les administrateurs informatiques puissent identifier leur problème particulier. Cela peut conduire à un nouveau cycle de dépannage interne, à une double vérification des systèmes visibles... le tout pendant que la productivité reste au point mort. Après ce processus exhaustif d’élimination, le service informatique peut en déduire que, en effet, il y a bien une erreur au niveau du cloud du SaaS. Mais les administrateurs n’ont aucune méthode pour identifier le problème spécifique avant de décrocher leur téléphone pour appeler le service d’assistance des SaaS.

En outre, les outils de surveillance du Web sont également inefficaces : habituellement, ils exécutent des tests génériques depuis le fournisseur jusqu’au site de l’utilisateur final. Cela ne prend pas en compte la configuration ou l’utilisation réelle du centre informatique. Ces outils passifs ne fournissent pas de visibilité ou de surveillance actives, de bout en bout et en temps réel.

L’absence de visibilité n’est pas une réponse valide

Dans ces cas, l’administration informatique est prise dans un étau. Les outils de surveillance du réseau traditionnels sont inutiles une fois que le trafic rejoint le « brouillard du cloud SaaS ». Et pourtant, l’entreprise tient le service informatique pour responsable. Quelle que soit l’origine de la défaillance ou de la faible performance du SaaS, l’absence de visibilité n’est pas une réponse valide. La productivité de l’employé, la satisfaction de la clientèle et l’exploitation de toute l’entreprise sont en jeu. Pour que le service informatique réussisse, il a besoin de nouveaux outils.

Partie III : Il est temps de prendre le contrôle des SaaS

Une partie du problème d’architecture avec la surveillance du SaaS n'est pas un bogue mais une fonctionnalité. Sans une sécurité rigoureuse, les fournisseurs de SaaS exposeraient leurs entreprises à des vulnérabilités et des menaces potentielles. Et pourtant, ce n’est pas une raison pour occulter les mesures de performance granulaires pour ses clients. Les administrateurs informatiques ont besoin de nouveaux outils en temps réel qui leur procurent de la visibilité sur leur environnement de SaaS sans sacrifier la sécurité. En substance, ils ont besoin de percer le brouillard environnant les SaaS pour :

  • Garantir la performance du réseau
  • Évaluer la performance du prestataire de service
  • Fournir une surveillance de la performance efficace et flexible

Garantir la performance du réseau

Que ce soit sur site ou dans le cloud, de nouveaux outils sont nécessaires pour comparer et surveiller sans cesse la performance de bout en bout. Lorsqu’un groupe d’utilisateurs ou même un individu connaît une panne ou une réponse tardive de l’application, un outil unique devrait être disponible pour tracer et suivre le trafic d’une extrémité à une autre. La surveillance en temps réel interrompt le cycle de vérification, de double vérification et d’indécision concernant l’emplacement de l’origine des problèmes. Cela minimise les temps d'indisponibilité et rationalise les dépannages informatiques. Les administrateurs informatiques peuvent alors déterminer rapidement si le problème réside dans ses murs ou si le fournisseur du SaaS doit prendre des mesures décisives.

Évaluer la performance du prestataire de service

Les entreprises paient pour les SLA. Qu’il s’agisse d’un fournisseur de télécommunications WAN ou d’une plateforme d’application de SaaS, en vertu de ces contrats de SLA, les entreprises ont le droit de savoir si elles reçoivent le niveau de service convenu. La Voix sur IP (VoIP), les applications de SaaS ou même les connexions WAN-à-LAN distant sont achetées et payées sur la base de la satisfaction par les fournisseurs de ces obligations du SLA.

La surveillance en temps réel peut non seulement tracer la cause fondamentale des problèmes de perte de productivité, mais aussi procurer aux entreprises un aperçu en temps réel sur le véritable niveau de service de leur fournisseur. Dans de nombreux cas, la performance se dégrade progressivement, avec peu de plaintes des utilisateurs finaux. Si la performance de la qualité de service ou de la classe de service (QoS ou CoS) n’est pas à la hauteur des niveaux convenus, les administrateurs du réseau peuvent inviter le fournisseur à résoudre le problème avant qu’il ne soit à l’origine de plus gros casse-têtes informatiques. En suivant et en enregistrant les niveaux de performance des fournisseurs sur une période de temps, les entreprises peuvent trouver que le fournisseur ne satisfait pas les exigences de leur SLA. Les entreprises peuvent alors faire appel à un autre fournisseur ou négocier un meilleur tarif service basé sur ce SLA non satisfait. Sinon, les entreprises peuvent aussi travailler en plus étroite collaboration avec le fournisseur pour atténuer cette faible performance lorsque la nature exacte du problème est clairement identifiée.

Une surveillance de la performance efficace et flexible

Avec les changements constants de l’entreprise sans frontières, tout nouvel outil pour surveiller doit être tout aussi flexible et souple que les applications qui conduisent à une plus grande innovation. Ils devraient être élastiques et faciles à déployer (et même à redéployer) au fur et à mesure que les conditions du réseau évoluent. Les goulets d’étranglement clés, tels que l’accès de l’utilisateur final, les commutateurs et le trafic WAN devraient être surveillés et suivis depuis un unique panneau de verre. Les administrateurs ont alors une vue claire et dégagée de la voie d’accès complète des connexions du réseau.

Partie IV : Solution TruView™ Live de NETSCOUT

Lorsque les systèmes des SaaS sont en panne, on attend des administrateurs informatiques qu’ils réagissent immédiatement, ce qui fait courir un risque à leur réputation. Mais les administrateurs ne peuvent pas réparer ce qu’ils ne peuvent pas voir. C’est pourquoi, fort de plusieurs décennies d’expérience dans la surveillance de réseau, NETSCOUT a développé TruView Live : pour restituer le contrôle et la visibilité aux services informatiques. Avec TruView Live, les administrateurs informatiques bénéficient d’une surveillance de bout en bout et en temps réel de leur réseau tout entier, depuis les utilisateurs finaux jusqu’au cloud et en sens inverse. TruView Live utilise des impulsions de réseau actives et en temps réel pour réunir des informations automatiquement, ou manuellement, afin de trouver la cause fondamentale des problèmes de performance de l’application d’entreprise.

Grâce à TruView Live, les administrateurs informatiques peuvent désormais :

  • Surveiller la disponibilité de bout en bout et la performance des réseaux en temps réel à l’aide d’un tableau de bord unique
  • Recevoir des messages d’alerte et définir des seuils de performance pour résoudre les problèmes avant qu’ils ne deviennent un problème pour l’utilisateur
  • Isoler les problèmes et y répondre de façon proactive pour garder l’entreprise productive
  • Produire des rapports exacts sur la performance des SaaS et les SLA pour la direction, selon les besoins

Le résultat final est que TruView Live sort les services informatiques du mode réactif et peut prévenir de nombreux problèmes de SaaS et de réseau avant qu’ils ne deviennent un problème à l’échelle de toute l’entreprise. Si une panne catastrophique se produit, les administrateurs informatiques peuvent rapidement utiliser TruView Live pour isoler le problème et avancer rapidement vers sa résolution, plutôt que de passer des heures à essayer d’en retrouver les causes.

TruView Live et son système de technologies d’impulsions de réseau actives sont livrés sous la forme de trois déploiements distincts spécifiques à l’architecture (voir Figure 4) :

  • TruView Pulse
  • Virtual Pulse
  • Global Pulse
Figure 4. TruView Live fournit des rapports en temps réel à partir d’impulsions de réseau réalisées localement, régionalement et mondialement.

TruView Pulse

TruView Pulse est un micro-dispositif de test actif déployé dans quasiment n’importe quel segment du réseau grâce à son port Ethernet de 10 Mb/100 Mb/1 Gb prêt à l’emploi. Avec son architecture sans agent, les administrateurs du système peuvent brancher TruView Pulse dans les armoires de câblage, les sous-réseaux ou n’importe où dans le centre de données lui-même. Il se synchronise automatiquement et rapporte au tableau de bord central de TruView Live, sur lequel les administrateurs peuvent configurer chaque dispositif TruView Pulse déployé. Avec sa conception PoE ou « power over Ethernet », son déploiement est extrêmement versatile, et peut être placé et déplacé partout où le service informatique a besoin de données sur la performance, en particulier lorsque les réseaux évoluent, sont reconfigurés ou là où des zones à problèmes suspectés apparaissent.

Virtual Pulse

Virtual Pulse est un outil de test basé sur le logiciel qui peut être immédiatement téléchargé et installé sur Red Hat Enterprise, Ubuntu, Amazon AMI, Windows 7/8 et Windows Server 2008/2012. Il est particulièrement utile pour les administrateurs informatiques lorsqu’une surveillance en temps réel est immédiatement nécessaire sur un site. Après son installation rapide, le service informatique peut surveiller les informations du réseau à distance à travers le tableau de bord de TruView Live, quel que soit l’endroit où Virtual Pulse est installé.

Global Pulse

Global Pulse surveille constamment la connectivité et la performance à partir de capteurs publics placés stratégiquement dans le monde entier. Avec son tableau de bord convivial, les administrateurs système peuvent voir le trafic vers et depuis leurs emplacements à travers n’importe quel point d’impulsion international pour aider à trianguler les problèmes de connectivité et de performance. Global Pulse globale surveille actuellement le trafic du réseau public depuis les régions suivantes du monde entier :

  • Californie, États-Unis
  • Dublin, Irlande
  • Francfort, Allemagne
  • Oregon, États-Unis
  • São Paulo, Brésil
  • Singapour, Malaisie
  • Sydney, Australie
  • Tokyo, Japon
  • Virginie, États-Unis

D’autres points d’impulsion publics seront ajoutés à l’avenir, élargissant davantage l’étendue de la surveillance internationale en temps réel de Global Pulse.

Indépendamment de l’emplacement de TruView Live, des utilisateurs finaux aux serveurs basés sur le cloud, le tableau de bord TruView Live offre des rapports et une surveillance en profondeur des conditions du réseau suivantes grâce à ses impulsions actives :

  • Retard au niveau du DNS
  • Retard au niveau du réseau
  • Retard au niveau du client
  • Retard au niveau du serveur
  • Retard au niveau des applications

Avec ces outils, les administrateurs informatiques ont désormais une visibilité de bout en bout en temps réel. Les SaaS, le cloud et les connexions WAN sont de retour sur l’écran de radar des services informatiques et livrent la responsabilité et les capacités de performance proactives dont ils manquent à l’heure actuelle.

TruView Live est un service financé par répartition

TruView Live, comme bon nombre des systèmes qu’il surveille, est un service financé par répartition de NETSCOUT. Cela signifie que les entreprises sans frontières en évolution ne sont jamais sur- ou sous-provisionnées. Contrairement à de nombreuses autres solutions de SaaS, TruView Live est plus complet et abordable, sans engagement à long terme. L’addition, la suppression ou l’évolution en direct de la surveillance de TruView Live est facilement administrée.

Tableau de bord TruView Live

Partie V : TruView Live de NETSCOUT tient ses promesses

TruView Live est développé et pris en charge par l’un des noms les plus anciens et les plus reconnus de l’administration de réseau. La plupart des administrateurs réseau connaissent déjà d’autres produits NETSCOUT qui ont fait leurs preuves par le passé. Désormais, les administrateurs informatiques et les centres de données peuvent étendre leur portée dans l’entreprise sans frontières, satisfaire ou dépasser les objectifs de performance de leur entreprise, et acquérir les éléments suivants avec TruView Live :

  • La responsabilité pour la performance du fournisseur de SaaS, de WAN et du cloud, et les SLA
  • La visibilité du réseau de bout en bout quel que soit l’emplacement de l’application
  • Une satisfaction et une productivité de l’employé et de l’utilisateur final accrues
  • Un service informatique plus réactif et un bureau d’assistance avec une surveillance proactive et une résolution plus rapide des problèmes

Comme les professionnels de l’informatique et les centres de données voient les entreprises sans frontières se développer encore davantage, ils disposent désormais de la puissance et des outils pour reprendre le contrôle de leurs réseaux, indépendamment de là où ils résident.

Références

  1. Columbus, Louis. « Synthèse des prévisions et des estimations du marché concernant l’informatique dans le cloud, 2015. » Forbes Magazine. 2015.
  2. Ibid. Forbes Magazine.
  3. Sterling, Greg. « Rapport : 60 % des accès à Internet sont le fait de services mobiles. » Marketing Land. 2014.
  4. Meilach, David. « 1,3 milliard de travailleurs vont passer à la technologie mobile d’ici 2015. »
  5. Harvard Business Review. « À quoi ressemble le cloud depuis le sommet : Obtenir un avantage concurrentiel à l’ère de l’informatique dans le cloud. »
  6. Computer Economics. « Les plus grandes entreprises mènent la charge de l’adoption des SaaS. 2013.

Les marques commerciales, les marques de service ou les droits similaires sur les produits mentionnés appartiennent exclusivement à leurs propriétaires respectifs.

 
 
Powered By OneLink